• Savons en refonte

    Jour des Morts 2012

    Mouih, hier après midi, vu le temps magnifique que nous avions ici, je me suis dit que j'aurais bien envie de faire du savon (oui, c'est la marotte du moment, mais ça va certainement passer..)

    Las, pas d'huiles à disposition hormis olive (déjà fait) et pépins de raisin dont les filles du forum acrobulles m'ont vivement déconseillé l'usage en saponification.

    Que faire ? J'avisai alors un pauvre savon de Marseille en cube qui s'ennuyait ferme sous l'évier (plus ou moins naturel la chose enfin, certainement plutôt MOINS...parce que l'appelation savon de Marseille n'étant pas soumise à contrôle, certaines personnes peu scrupuleuses y mettent absolument n'importe quoi).

    Effectivement, à lire l'étiquette, il y avait bien de l'huile d'olive et de l'huile de noix de coco, mais aussi quelques cycles suspects, et des sulfates qui n'avaient pas grand'chose à faire là-dedans. Quant à l'odeur, ben pas terrible, mais je n'allais pas faire ma chochotte.

    Bref, rien à perdre, alors je me dis que c'était le moment de faire de la tambouille.

    J'installai donc un bain-marie dans une grande casserole sur le poele à bois fort surpris car d'habitude, les après midi de jours fériés en hiver, il accueille des poelons de compote de pommes  - les pommes qui fondent avec sucre et cannelle pendant des heures à température douce sur un poele, je ne vous racont même pas ! 

    Je passai mon savon "de Marseille" au mixeur et hop le tout dans la moyenne casserole placée dans la grande casserole bain-marie. J'ajoutai d'abord un peu de lait entier (genre 1/2 verre) mais je m'aperçus vite que c'était loin, d'être suffisant, et après vérification des "recettes" sur le net, j'allongeais considérablement le "sauce", toujours au lait.

    Au bout de presque 2 heures, tout était fondu et j'obtenais une pâte très homogènede la consistance d'une béchamel de compacité moyenne.

    Alors hop, 2 cuillers à soupe de monoï (huile de coco dans laquelle a macéré une fleur de tiaré), 1 cuiller à soupe de miel crémeux d'Auvergne.

    Je séparai la  pâte en deux, pour m'amuser, et je versai 2 gouttes de colorant alimentaire magenta dans l'une des parts, et bleu dans l'autre.

    Et hop, moulage et mise au congélateur pendant 2 heures afin de pouvoir démouler (car chat échaudé...blabla) 

    Démoulage sans souci, mais c'est mou. Enfin, vu la quantité de lait ajoutée, il fallait s'y attendre. Donc séchage pour durée indéterminée, en retournant les zozos tous les jours.

    A suivre !

     

    Savons en refonte

     Il y a bien quelques petites bulles en surface (et pourtant j'ai fait très attention à touiller très doucement la pâte pour ne pas incorporer trop d'air !) mais cela ne me semble pas dramatique.

    L'odeur est assez bizarre...on ne sent pas précisément le monoï, mais quand même, il y a quelque chose.

    Hier, àa sentait encore beaucoup le savon de Marseille, cette odeur fade et écoeurante, mais aujourd'hui, cela s'est beaucoup atténué, et il me semble que l'odeur du monoï ressort... A suivre ! 

     

    Savons en refonte

    J'ai fait mumuse avec le savon cylindrique (moulé dans la boîte en plastique du fromage à tartiner  ail et fines herbes premier prix, de chez Casino.

    « Savons les trois B...C'est tellement vrai... »
    Delicious Pin It