• couture

    3 octobre 2008

    Tout le monde a connu, étant petit, l'éternel copain casse-cou, qui à chaque rentrée scolaire arborait fièrement de grandes balafres suturées, ou un plâtre. Certains gosses passent littéralement leur enfance à se mutiler, écorcher, fracasser tous les os du corps, etc.

     

    Moins fréquent, on rencontre également ce type de personage dans la gente lapinesque. Je possède un de ces rares individus en la personne de Cannelle, lapine âgée de 15 mois, qui se blesse continuellement.

     

    Dernièrement, elle a imaginé de jouer la Piste aux étoiles, en marchant en équilibre sur la porte d'un clapier entr'ouvert. Ce qui devait arriver arriva : un geste maladroit, et ce fut la chute. Malheureusement pour Cannelle, un morceau de sa peau resta accroché après le grillage du clapier, tandis que le reste du lapin descendait sous l'effet de la gravité.

     

    Bref, j'ai dû ce matin me résoudre à une séance de couture. C'est très facile, avec une aiguille courbe extrêmement courte, une lapine qui bouge, du sang et du pus partout qui empêchent de voir ce qu'on fait, sans parler des poils !

     

     

    Munie d'une aiguillée de fil chirurgical auto-résorbable d'un beau violet vif, d'un flacon d'alcool à 90, d'une paire de ciseaux et d'une pince à clamper, me voici partie chercher ma victime...

     

    C'est pas joli joli : un magnifique caillot de sang, du pus, ça bourgeonne, bref une merveille...

     

    Premièrement, couper (aux ciseaux de cuisine bien bien aiguisés) 1 bon mm de peau de chaque bord de la plaie, pour la remettre "à vif".

    désinfecter à fond, et extraire croute, invagination sanguinolente, et boule de pus (très apétissant, cette étape !)

    Ensuite, à moi la couture...et là, c'est pas facile ! l'aiguille courbe est très très très courte, pour mes grands doigts, et ia du poil partout malgré que j'ai coupé à ras de mon mieux tout autour. En plus, la lapine bouge (on la comprend, la pauvre). Heureusement, elle ne crie pas, parce que là, j'aurais vraiment du mal à me concentrer !

     

     ça saigne et même en y allant franchement avec la pissette d'alcool à 90, on n'y voit pas très bien...

     on se croirait dans une annexe des abattoirs, mais je garde confiance...

     

     Un quart d'heure plus tard, le travail est terminé...

    Un bon noeud d'arrêt, un ptit coup d'alcool à 90 en plus, un gros pansement qui colle bien fort, et le tour est joué !

    Je ne suis pas mécontente de moi, ça m'a l'air pas mal du tout...

     

     

    « Lapins à vendreSauvetage »
    Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :